Politique en matière de cookies
Ce site internet utilise des cookies. Pour en savoir plus sur les cookies, consultez la politique en matière de cookies. En poursuivant votre navigation, vous autorisez Facial Sculpture Clinic à utiliser ces cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

La chirurgie maxillaire - La mâchoire inférieure

La mâchoire inférieure peut être trop étroite ou trop longue, de sorte qu’elle ne rentre pas correctement dans la mâchoire supérieure. Nous pouvons ajuster la mâchoire inférieure en fonction des besoins de la mâchoire supérieure, en l'allongeant (avancement), en la raccourcissant (reculement) ou en la pivotant légèrement.
Facial Sculpture Clinic - Dr Joël Defrancq - Chirurgie maxillo-faciale et implants dentaires Nous séparons la mâchoire inférieure à l'arrière, à hauteur des dents de sagesse, des deux côtés. Cette séparation se fait sous anesthésie générale. Le Dr Defrancq recommande fortement d'extraire les dents de sagesse au moins six mois avant de bénéficier de la chirurgie correctrice. Nous pratiquons une incision de deux à trois centimètres dans la bouche, en dessous et derrière les dernières molaires. L'os séparé est ensuite fixé à l'aide de trois vis, de chaque côté. Nous les insérons par le biais d'une petite incision dans la peau, située légèrement devant et en dessous de l’angle de la mâchoire. Cette incision d’insertion ne mesure pas plus de deux millimètres et a pour but de laisser passer le tournevis pour fixer les vis. Cette plaie va guérir sans difficulté et sans cicatrice visible. À la fin de l’intervention, nous insérons deux petits tubes de drainage dans l’incision gingivale afin d’éviter le gonflement et le saignement postopératoire. Ces mini-drains sont enlevés le lendemain, lors d’une consultation. Nous suturons tous les tissus buccaux en place, avec du fil résorbable. Nous pouvons les enlever une semaine après l’intervention. Si nous ne le faisons pas, il faudra trois à cinq semaines avant qu’ils ne se dissolvent d’eux-mêmes.

Cette intervention dure environ 45 à 60 minutes. Cela permet de déplacer la mâchoire inférieure vers l'avant ou vers l'arrière, ou de la faire pivoter avec assez de contact osseux/chevauchement pour obtenir une bonne cicatrisation.

De l’aide est souvent nécessaire après l’intervention, pour établir la nouvelle occlusion dentaire. Cette aide peut prendre la forme de deux élastiques qui sont accrochés à l’appareil orthodontique et qui guident le nouvel engrènement.

Nous effectuons souvent cette opération en association avec une correction de la mâchoire supérieure (dans plus de 40 % des cas). Cette correction des deux mâchoires est connue sous le nom "d'ostéotomie bi-maxillaire". Celle-ci dure environ deux heures et demie et peut également être combinée avec une correction supplémentaire du menton (trois à quatre heures au total) ou avec d’autres interventions supplémentaires, selon l’indication.
Instructions postopératoires et questions fréquemment posées.

Est-il nécessaire de maintenir les mâchoires fermées avec du fil d'acier ?

Non, pas du tout. Les mâchoires guérissent grâce aux plaques et vis qui qui maintiennent la "fracture délibérée" immobilisée. Après l’intervention, nous pouvons utiliser des élastiques pendant quelques semaines, uniquement pour guider l’occlusion afin d'atteindre la position souhaitée.

Qu’en est-il du gonflement du visage, après l'intervention ?

Cela varie d’un patient à l’autre. Au cours de l’opération, on va vous administrer des corticostéroïdes pour éviter un gonflement immédiat. Après l’intervention, le gonflement peut cependant varier d'une personne à l'autre. On remarque souvent que les jeunes développent plus de gonflements que les patients plus âgés. Les personnes ayant des cheveux blonds sont également plus susceptibles de gonfler que celles ayant des cheveux foncés. Après une semaine, un tiers du gonflement aura déjà disparu, et après trois semaines, au moins les deux tiers sont parti mais les joues peuvent être encore un peu gonflées. 
Après l’intervention, nous insérons, dans la bouche, deux petits tubes de drainage, que nous enlevons ensuite le lendemain.

Est-il possible d'accélérer le dégonflement ?

Certainement. Après quelques jours, vous pourrez bénéficier d'un drainage lymphatique manuel effectué par un kinésithérapeute agréé, pour accélérer le dégonflement. Ce massage est d'autant plus utile après l’opération de la mâchoire supérieure de type Le Fort I.

Est-il possible que des contusions apparaissent sur mon visage ?

Il est possible que des contusions apparaissent sur votre visage après l’intervention. Ces bleus vont passer progressivement par toutes les couleurs, du bleu au jaune. A cause de la gravité, ils descendront aussi vers les clavicules. Vous ne devez cependant pas vous inquiéter, ils disparaîtront complètement dans les semaines qui vont suivre.

Dois-je suivre un régime après l’intervention ?

Au cours des jours qui suivent l’opération, les patients doivent suivre un régime alimentaire léger, comportant des aliments mous. Vous pourrez déjà manger des spaghettis et des hamburgers après quelques jours. Le meilleur conseil est de prévoir au menu un bon bouillon gras et d’y ajouter des pommes de terre ainsi que des légumes moulus. Nous vous conseillons aussi de manger des quantités moindres, mais plus fréquemment, c’est-à-dire six à huit repas par jour pendant les premiers jours, à la place de seulement trois repas. Il est très important de boire beaucoup, au moins 1,5 litre par jour.

Le nerf sensitif peut-il être endommagé ?

Le nerf sensitif, qui se trouve dans la lèvre inférieure, passe dans la zone de la mâchoire inférieure où nous fendons l’os. Pendant l’opération, nous faisons en sorte que ce nerf soit toujours visible et bien protégé. Après l’intervention, tous les patients peuvent s’attendre à un certain degré d’insensibilité de la lèvre inférieure. Cependant, cet état s’améliore et se normalise progressivement dans les jours, les semaines ou les mois qui suivent. Environ 5 % des patients connaîtront une modification permanente de sensibilité jusqu’à un certain degré. Chez les patients plus jeunes, ce n'est habituellement pas le cas. Cette situation peut être plus pénible chez les personnes plus âgées car, avec l'âge, elle influence une partie de l'image que l'on a de soi. Cependant, l’opération ne provoquera jamais un handicap, et cet élément ne constitue certainement pas une raison de renoncer à l'opération. Le nerf qui est responsable de la sensibilité de la langue, se trouve à proximité de l’incision dans les tissus mous. Mais il est tenu à l’écart par traction de la zone opérée. Une sensation altérée résultant de cette traction est très rare. Si elle se produit, elle n’est généralement que temporaire.

Et que se passe-t-il avec les nerfs moteurs ?

Une branche du nerf facial, innervant les muscles qui sont responsables de la mimique du visage et des lèvres, passe à l'arrière de la mâchoire inférieure. Il existe des cas, décrits dans la littérature scientifique, où le nerf facial a été endommagé. On peut alors constater une faiblesse de la lèvre inférieure qui est plus prononcée lorsque le patient sourit. Cette faiblesse est une complication très rare de cette intervention, et elle n’est généralement jamais permanente.

Quel est le risque de récidive ?

Les complications à long terme comprennent aussi une récidive. Nous pouvons la lier à votre âge ou à votre type de mâchoire inférieure. La majorité des récidives ne sont même pas remarquées par les patients. Il est rare qu’une récidive influence l’amélioration esthétique qui a été obtenue. Par contre, elle peut compromettre l’occlusion.

A-t-on besoin d’élastiques ?

De l’aide est souvent nécessaire après l’intervention, pour établir la nouvelle occlusion. Cette aide peut prendre la forme de deux élastiques qui sont accrochés à l’appareil orthodontique pour guider la fermeture de la bouche.

Une transfusion sanguine est-elle nécessaire ?

Aucune transfusion sanguine n'est requise pour cette intervention.

Est-il nécessaire de rester à l'hôpital, après l’opération ?

Oui. Généralement, une seule nuit.

Va-t-on obtenir une meilleure fixation à l’aide de vis ou à l’aide de plaques et de vis ?

Cela dépend de la préférence du chirurgien. La fixation à l’aide de quelques vis seulement signifie qu’elles doivent être complètement fixées dans l’os. La fixation à l’aide de plaques et de vis signifie qu'elles sont solidement immobilisées avec des vis mono-corticales, de sorte qu'il y a moins de risques de lésion du nerf sensitif. Il s'agit purement d'une question d'habitude. Après plusieurs mois, les plaques doivent souvent être enlevées pour diverses raisons, y compris les infections et l’inconfort. Les plaques sont également plus difficiles à insérer et à fixer que les vis bi-corticales.